Good bye Madiba 2.0

C’est l’un des sujets qui m’a donné envie de créer ce blog… c’est donc une actu qui remonte à 9 mois (oui, CahiersDuWebmarketing a été long à accoucher).

Vous vous souvenez tous de Nelson Mandela, l’un des grands hommes du XXème siècle, ayant lutté contre l’apartheid, ayant passé 27 ans en prison, ayant été le 1er président noir d’Afrique du Sud etc.

Mais vous souvenez-vous du traitement qui a été fait de sa mort le 5 décembre 2013 ? En particulier sur le web ?

Adieu-Mandela

Du traitement médiatique…

Beaucoup d’articles de presse sont sortis juste après l’annonce du décès  (comme celui-ci, celui-ci ou encore celui-là, tous publiés moins de 15 minutes après l’annonce officielle du décès.). Soit les journalistes modernes sont entrainés de manière surhumaine à produire du contenu de qualité en un temps record (auquel cas, on serait en flagrant délit de surexploitation du travail intellectuel), soit ils ont tout préparé à l’avance en attendant que le pauvre vieux casse sa pipe.

Bon certes, à 95 ans, quand on ne va pas bien depuis plusieurs mois c’est rarement bon signe. Et le journalisme étant un secteur concurrentiel, il était naturel que les journalistes préparent une nécro à l’avance. Le but pour chaque journal est alors de sortir l’article le plus vite possible après l’annonce, afin de révéler l’information, de proposer un contenu original et ainsi attirer le plus grand nombre sur ses pages. De préférence rapidement et avec un titre pensé SEO ou pensé viral pour gagner en visibilité. Afin de faire lire l’article autant que pour faire voir la pub qui finance le-dit journal. La production intellectuelle se fait à flux tendu aux dépens du journalisme d’investigation, donc pour une fois qu’ils pouvaient préparer un article de fond à l’avance…

Journalistes de choc
Le journalisme total, c’est totalement con !

La primeur d’abord et l’information ensuite, c’est la dure loi du journalisme, d’autant plus à l’heure d’Internet.On pensera ce qu’on voudra de ce système capitaliste régissant le monde de l’information (capitaliste n’est pas un gros mot communiste, je l’utilise si je veux), mais chérissons ensemble l’existence de journalistes indépendants.


Au final, c’est pas très glorieux d’écrire une nécro d’un mec bien vivant, mais on a vu éthique beaucoup plus douteuse. Ça n’a pas grand chose de choquant, ça fait partie des obligations du métier. Ce n’est pas pire que la tripotée de biographies écrites à la va-vite dans les mois précédents pour sortir dans les temps avant Noël.

De la récupération de sa mort par d’autres acteurs

OK pour le journalisme, mais alors pourquoi je viens donner des leçons de morale avec cet article ? 2 points : Pinterest et Amazon.

Mandela sur Pinterest : mouais…

Mandela Pinterest
En ligne dès le lendemain de l’annonce.

« Get Inspired » en guise de call-to-action… La récupération opérée par Pinterest inspire surtout le dégoût. Ce genre de mise en place de bandeau exceptionnel en haut du fil d’actu du site réclame un développement particulier, qui peut être coûteux. Quand Madiba a été hospitalisé quelques mois plus tôt, les têtes pensantes de la start-up ont donc eu la réflexion « tiens, on pourrait préparer une bannière qui amènerait l’internaute sur plein d’images de Mandela. Ca permettra à chacun de s’inspirer de la vie du grand homme. Allez, on demande aux développeurs de préparer le truc et on le mettra en place le jour de sa mort. Puis ça pourra peut-être resservir plus tard, Ariel Sharon n’en a plus pour longtemps non plus et il faudrait célébrer la répression armée de l’intifadah.« 

Bon j’exagère peut-être. N’empêche qu’ils ont vraiment du préparer la chose en amont en prévision de sa mort. N’empêche qu’ils s’appuient vraiment sur la mort d’un être humain pour faire la promo de leur site. Et j’imagine qu’ils pensaient sincèrement rendre un hommage à Mandela en faisant ça. Comme certains Doodle par Google, ça pourrait peut-être avoir un sens. Mais c’est d’une telle maladresse que je ne peux m’empêcher d’imaginer une récupération honteuse et consciente. Le doute m’habite !

Mandela sur Amazon, WTF ?!

Mandela amazon
Rendons hommage en consommant

Là par contre, aucun doute possible. C’est une récupération éhontée et proprement dégueulasse.
Je ne dresserai pas le procès d’Amazon ici, la liste est longue (dumping commercial, dumping social, évasion fiscale, lobbying effréné, non-respect et détournement des lois nationales etc.), mais regardons rapidement cet élément.

Je n’ai hélas pas eu le réflexe de faire une capture d’écran plus complète, mais vous avez saisi l’idée : un site marchand célèbre la mort de Nelson Mandela, via un encart prévu et développé à l’avance. (probablement un encart de pub déjà existant, donc pas de développement particulier cette fois). Vous imaginez la suite : un clic et des tonnes de recommandations automatiques de livres et autres oeuvres autour du leader sud-africain. Vous reprendrez bien un petit Invictus pour la route ? Les frais de port sont offerts pour Un long chemin vers la liberté. Et si le livre vient à vous, c’est déjà autant de chemin en moins (et autant pour la liberté ?)
Malgré le caractère choquant, c’est évidemment passé comme une lettre à La Poste. Mais avec moins de retard, car leur service de livraison est excellent. L’hommage par la « consommation citoyenne », la pression commerciale jusque dans le deuil. In money we trust! Après tout, si c’est ce que la masse veut… Et je m’arrête ici avant d’être accusé de cynisme. Rendons un dernier hommage au grand homme :

Ah merde, je me suis encore trompé...
Ah merde, je me suis encore trompé…

Mauvais goût ? Oui je l’admet volontiers. Mais moi je suis un blogueur, pas une entreprise.
Je n’ai pas écumé entièrement le web à cette époque, mais j’imagine qu’il y a d’autres exemples de récupérations douteuses. N’hésitez pas à me les communiquer.

Webmarketeur polyvalent (SEO, SEA, Médias, Emailing, CM...) voulant se prouver qu'on peut faire du marketing digital et garder un esprit critique et politisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *